La forêt française métropolitaine s’étend sur 16,4 millions d’hectares soit près du tiers du territoire métropolitain. C’est la quatrième en surface au niveau européen derrière la Suède, la Finlande et l’Espagne. Elle est aux trois quarts privée et se concentre principalement dans la moitié sud et la partie est du pays.

En bref

Située en grande majorité dans les plaines et collines, où les feuillus dominent largement, les surfaces issues de plantations sont stables depuis 1980, autour de 13 % de la forêt métropolitaine.

95 % des forêts publiques et 31 % des forêts privées ont un document de gestion durable. La France compte aussi plus de 9 millions d’hectares de forêts ultramarines majoritairement tropicales, diversifiées et riches en biodiversité, principalement en Guyane.

Les sols forestiers couverts par des forêts de production occupent 15,9 millions d’hectares (Mha) en 2015 (IGN?/IFN, campagnes 2013 à 2017), soit 28 % de la surface de la France métropolitaine.

En savoir plus

Les humus

Dans les milieux forestiers, les humus, couches de fragments de végétaux morts plus ou moins transformés, sont fortement liés aux types de sol.

En 2015, près de la moitié des sols forestiers, les sols brunifiés (7,4 Mha), se révèlent en général moyennement acides et très aérés en raison de la forte activité de la faune et des micro-organismes (Corse, Massif central, Pyrénées, Vosges). En revanche, l’excès d’eau dans les sols des vallées (2,5 Mha), ralentit l’activité biologique, contrarie l’enracinement des végétaux et contraint l’exploitation forestière. Les humus de ces deux types de sols se composent d’une litière de feuilles mortes lorsqu’ils sont évolués et très fertiles, ou plus rarement d’une couche brun-noir de matière organique fine et de litière des années précédentes.

Les sols des roches calcaires associés aux humus carbonatés prédominent dans le Bassin parisien, les Alpes et en Méditerranée (2,3 Mha).

Les contraintes nutritionnelles peuvent y entraver le développement de certaines essences, telles que les pins sylvestre et maritime, le douglas ou le châtaigner. Des sols très acides et pauvres (1,3 Mha) se sont développés sur les substrats sableux les plus acides (Landes de Gascogne, Sologne, Vosges gréseuse, etc.). Généralement, les couches organiques de leurs humus sont encore plus épaisses.

Types d’humus en forêt de production hors peupleraie
Les données Télécharger les données de la figure 108 (Excel, 9.1 ko) Télécharger l'image de la figure 108 (png, 213.3 ko)
Figure 108 : Types d’humus en forêt de production hors peupleraie
Types d’humus en forêt de production hors peupleraie
Niveau hydrique des espèces relevé par la flore des sols forestiers
Les données Télécharger les données de la figure 110 (Excel, 10.5 ko) Télécharger l'image de la figure 110 (png, 671.4 ko)
Figure 110 : Niveau hydrique des espèces relevé par la flore des sols forestiers

Un quart des peuplements forestiers français (4,1 Mha) présente un déficit en eau lié au climat (méditerranéen) ou au faible réservoir en eau du sol (milieux xéroclines ou xérophiles). C’est le cas pour les trois quarts de la grande région écologique Méditerranée. Ses sols sont également particulièrement exposés à l’érosion, risque renforcé par les incendies en été et à l’automne. Les forêts des milieux secs se rencontrent également en Corse, le long de la côte atlantique (Sud-Ouest), dans les Causses, les Pyrénées orientales, le sud des Alpes et du Jura, et sur les plateaux bourguignons.

À l’opposé, les excès d’eau des sols en bord de rivière ou liés à des nappes d’eau perchées sur sol imperméable, sont favorables à des espèces adaptées aux milieux humides (hygrophiles ou mésohygrophiles). Les peuplements forestiers se développant dans ces conditions sont particulièrement productifs (6,4 m3/ha/an). Ils occupent 0,8 Mha, soit 5 % de la forêt française.

Ressources

Agir

Cet article vous a-t-il été utile ?

Ouvrir l'horizon