Biodiversité Connaissance de la biodiversité

La connaissance de la biodiversité

La biodiversité désigne la variété de l’ensemble du monde vivant organisée selon trois niveaux (diversité des gènes, des espèces et des écosystèmes), ainsi que les interactions au sein de ces trois niveaux et entre ces niveaux.

La France héberge 10% des espèces connues et, chaque jour, de nouvelles espèces sont découvertes. Ses nombreuses espèces endémiques, qui ne vivent nulle part ailleurs sur la planète, lui confèrent également une forte responsabilité.

La France, avec ses territoires ultramarins répartis sur l’ensemble du globe, figure parmi les dix pays hébergeant le plus grand nombre d’espèces menacées au niveau mondial. Cela s’explique, comme dans la plupart des pays, par les pressions exercées par les activités humaines.

En bref

La biodiversité englobe l’ensemble du monde vivant à trois niveaux : la diversité génétique, celle des espèces et celle des écosystèmes. Avec ses départements et territoires d’outre-mer, la France est présente dans les quatre grands océans. Son patrimoine naturel, riche de 19 424 espèces endémiques (présentes uniquement sur un territoire), lui confère une grande responsabilité internationale. L’Homme utilise ces ressources naturelles pour subvenir à ses besoins. Il dépend étroitement des écosystèmes qui lui procurent nourriture, matériaux, énergie, régulent les réserves d’eau et le climat, sont source de bien-être, d’activités touristiques, etc.

Mais la pression subie par les écosystèmes est telle que beaucoup d’habitats naturels et espèces sont aujourd’hui en déclin. Sur la période 2013-2018, 20% seulement des habitats d’intérêt communautaire présents en métropole sont dans un état favorable. Les résultats de la 3ème évaluation de ces habitats naturels permettent de consolider et de confirmer ceux de la précédente (2007-2012) où 22% des habitats d’intérêt communautaire étaient alors dans un état favorable. En 2019, 18% des espèces évaluées dans la Liste rouge nationale sont éteintes ou menacées. Entre 1989 et 2018 en métropole, les populations d’oiseaux communs spécialistes des milieux agricoles, forestiers ou bâtis ont baissé de 23% et entre 2006 et 2016 celle des chauves-souris les plus communes a diminué de 38%. L’une des principales causes de ce constat est la dégradation des milieux naturels. Entre 2006 et 2015, en métropole, près de 66 000 hectares en moyenne par an ont été transformés sous l’effet de l’artificialisation. Les pratiques agricoles intensives ou, au contraire, la déprise agricole et la fermeture des espaces ouverts menacent la biodiversité. La consommation de pesticides augmente en agriculture. Le changement climatique affecte aussi la biodiversité. L’acidification des océans menace les récifs coralliens. Autre risque : 60 des 100 espèces considérées mondialement comme les plus envahissantes sont déjà présentes dans les départements et territoires d’outre-mer.

Néanmoins, la situation de certaines espèces, comme la loutre ou le castor, s’améliore. C’est aussi le cas des oiseaux d’eau hivernants où les populations ont progressé de 77% entre 1980 et 2018. Les mesures de protection, la réduction des pressions et une meilleure sensibilisation et implication des acteurs concernés expliquent ces tendances favorables Face à ces pressions et menaces, de nombreuses initiatives sont engagées à tous les niveaux pour préserver ce patrimoine naturel, dont le bon état est primordial pour garantir le bien-être et la santé de tous. Les stratégies de création des aires protégées y contribuent. Au 1er janvier 2020, 23,9% du territoire est couvert par un dispositif de protection. L’ambition est de porter à 30% la part du territoire français couverte par un dispositif de protection dont 10% en protection forte à l’horizon 2022 (1,37 % au 1er janvier 2020).

En savoir plus

Comment la connaissance de la biodiversité évolue-t-elle en France ?

L’érosion de la biodiversité et l’efficacité des actions en faveur du patrimoine naturel peuvent être appréciées à partir de la connaissance que nous avons des écosystèmes. Les données d’observation des espèces et des habitats naturels constituent l’une des briques de cette connaissance. La collecte de ces données sur le terrain par les naturalistes, l’amélioration continue de leur qualité, ainsi que leur partage entre tous les acteurs, permettent de mieux appréhender les composantes de la biodiversité. Leur diffusion auprès du public (scientifiques, décideurs, aménageurs, gestionnaires d’espaces naturels, citoyens…) contribue à une meilleure appropriation des enjeux de biodiversité par l’ensemble de la société. L’évaluation des lacunes de connaissance tend à orienter l’acquisition de nouvelles données. La consolidation du référentiel taxonomique national est tout aussi importante. Sa complétude constitue un enjeu fort, car il permet de donner un nom univoque aux différentes espèces observées par chacun sur le territoire français.

Les zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique

La connaissance des milieux naturels et semi-naturels (caractéristiques, composition floristique et faunistique, répartition géographique) apparaît aujourd’hui comme un préalable nécessaire à une bonne gestion et protection des espaces naturels.

Consulter Les zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique

Les indicateurs de l’Observatoire national de la biodiversité (ONB)

L’Observatoire national de la biodiversité (ONB) est un dispositif partenarial dont l’objectif est de porter à la connaissance d’un large public des informations sur l’état de la biodiversité en France, sur les pressions et usages qui l’affectent et sur les réponses et mesures prises pour sa protection.

Consulter Les indicateurs de l’Observatoire national de la biodiversité (ONB)

Comment évolue l’état de la biodiversité en France ?

L’état de la biodiversité et son évolution sont au cœur des préoccupations environnementales de la société. Leur connaissance repose entre autres sur l’évaluation de l’état de conservation des habitats naturels et sur le suivi des espèces sauvages (répartition, abondance, niveau de menace…). Plus encore que pour les espèces, l’observation des habitats reste aujourd’hui fragmentaire pour la plupart d’entre eux et se concentre surtout sur les milieux les plus remarquables. Celle des espèces mobilise davantage de moyens et concerne aussi bien la faune et la flore communes que patrimoniales. Les tendances ainsi mesurées montrent que la France est pleinement concernée par l’enjeu de perte de biodiversité européenne et mondiale.

Des habitats globalement en mauvais état de conservation

La directive européenne Habitats-Faune-Flore prévoit que les États membres évaluent tous les six ans l’état de conservation des habitats naturels d’intérêt communautaire présents sur leur territoire. La France abrite 132 de ces habitats (sur 231 dans l’Union européenne) qui font l’objet d’évaluations régulières, et ce, par région biogéographique, soit un total de 299 évaluations.

Sur la période 2013-2018, 20% sont dans un état de conservation jugé « favorable ». Les habitats de la région alpine se trouvent globalement dans un meilleur état (38% dans un état favorable), alors que ceux de la région atlantique (terrestre) sont les moins bien conservés (11 % dans un état favorable). Les milieux ouverts herbacés naturels et semi-naturels (prairies de fauche, pâturages, etc.) figurent parmi les habitats les plus menacés avec 56% d’entre eux dans un mauvais état de conservation. Les dunes, les tourbières et autres milieux humides ou aquatiques, ainsi que les habitats côtiers, subissent également de multiples pressions : moins de 10 % d’entre eux sont dans un état de conservation favorable.

L’état des habitats d’intérêt communautaire en France métropolitaine

La directive "Habitats, Faune, Flore" (92/43/CEE) liste les habitats d’intérêt communautaire et prévoit que les États membres réalisent tous les six ans des bilans nationaux de sa mise en œuvre, notamment en évaluant l’état de conservation de ces habitats.

Consulter L’état des habitats d’intérêt communautaire en France métropolitaine

Des situations contrastées chez les espèces

La liste rouge nationale de l’Union internationale de la conservation de la nature (UICN) et du Museum national d’histoire naturelle (MNHN) évalue le risque de disparition des espèces, par groupe taxonomique, à l’échelle du territoire français. À ce jour, 10 055 espèces ont fait l’objet d’une telle évaluation, soit moins de 6% des espèces connues en France. 18% des espèces évaluées sont éteintes ou menacées en France au 1er février 2019. Le risque de disparition des espèces est nettement plus élevé dans les outre-mer insulaires (39%) qu’en métropole (12 %).

Entre 1989 et 2018, les populations d’oiseaux dits « généralistes » (peuplant une grande variété d’habitats) sont en augmentation (+22 %). À l’inverse, le nombre d’oiseaux communs dits « spécialistes » (inféodés à un habitat particulier : agricole, forestier, bâti) a diminué de 23% en métropole. Ce phénomène s’explique par la dégradation ou la perte des habitats et par l’effondrement des populations d’insectes. Ces tendances conduisent à une homogénéisation des communautés d’oiseaux et à un appauvrissement des espèces qui font prendre conscience de la nécessité d’agir sur tous les milieux.

Les oiseaux communs

Avec plus de 30% d’oiseaux en moins en 15 ans, le suivi des espèces d’oiseaux communs s’avère être aujourd’hui une nécessité pour comprendre les évolutions en cours de la biodiversité et plus particulièrement de l’avifaune dont les communautés tendent à s’homogénéiser et s’uniformiser au profit d’espèces peu spécialisées et peu exigeantes.

Consulter Les oiseaux communs

Les grands prédateurs terrestres (loup, lynx et ours), autrefois largement présents en métropole, aujourd’hui menacés, participent à l’équilibre des écosystèmes en régulant notamment les effectifs des grands herbivores. Ils fournissent un autre exemple de situation contrastée. En 2017, 5,5% du territoire métropolitain est concerné par leur présence régulière. Les foyers principaux sont les régions Provence – Alpes–Côte d’Azur, Auvergne – Rhône-Alpes et Bourgogne – Franche-Comté. Si globalement, l’évolution est positive (cette part était de 3,6% en 2007), la dynamique diffère selon les espèces. La présence du Loup connait la plus forte progression à l’échelle du territoire. Le Lynx progresse également à l’échelle nationale, mais essentiellement dans le Jura alors qu’il tend à régresser dans les Vosges. L’emprise spatiale de l’Ours, quant à elle, reste faible et quasi stable, cantonnée à deux noyaux pyrénéens encore fragiles.

Les grands prédateurs

Le loup (Canis lupus), le lynx (Lynx lynx) et l’ours brun (Ursus arctos) sont trois espèces protégées inscrites sur la liste rouge nationale des espèces menacées (respectivement vulnérable, en danger et en danger critique).

Consulter Les grands prédateurs

Les ongulés sauvages

Les ongulés sauvages regroupent les ongulés de montagne (chamois, isard, mouflon, bouquetin) et ceux de plaine (cerf élaphe, cerf sika, chevreuil, sanglier). Certaines espèces dites marginales comme le daim et le cerf sika, ne sont pas des espèces indigènes en France.

Consulter Les ongulés sauvages

Biodiversité et montagne

Les zones de montagne sont composées d’une large part d’espaces naturels abritant une biodiversité riche et fournissant de nombreux biens et services écosystémiques.

Consulter Biodiversité et montagne

Qu’est-ce que l’IPBES, la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques ?

Créé en 2012, l’IPBES est un organisme intergouvernemental scientifique et politique qui rassemble 132 États membres des Nations Unies. Il a pour vocation de synthétiser et d’évaluer les connaissances sur la biodiversité et les services écosystémiques afin d’éclairer les décideurs et l’opinion publique, sur les enjeux des changements actuels de la biodiversité. Dans cette optique, il vise à identifier et élaborer des outils et des méthodes d’appui aux décisions qui prennent en considération toutes les connaissances sur la biodiversité, qu’elles proviennent de la recherche scientifique, des gouvernements, des organisations non-gouvernementales (associations, entreprises, etc.) ou des acteurs locaux et autochtones.

En mai 2019, l’IPBES a publié son premier rapport sur l’état de la biodiversité et des écosystèmes à l’échelle planétaire, dont il met en évidence la situation très préoccupante. Il appelle également de ses vœux à des transformations majeures de la société, à l’instar du GIEC sur les questions climatiques.

Les évaluations mondiales et régionales de la plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES)

La Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) a pour mission de renforcer les échanges entre scientifiques et responsables politiques dans le domaine de la biodiversité et des services écosystémiques en vue de la conservation et de l’utilisation durable de la nature, du bien-être de l’humanité à long terme et du développement durable.

Consulter Les évaluations mondiales et régionales de la plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES)

Ressources

  • Cartographies

    Concentrations moyennes annuelles en métaux lourds en 2017

    En 2017, le suivi de l’As, du Cd et du Ni est réalisé sur une quarantaine de sites. Les seuils de qualité de l’air fixés pour la protection de la santé pour l’As et le Cd sont respectés sur l’ensemble des points de mesure alors que pour le Ni, deux points de mesure situés à proximité d’industries enregistrent une concentration supérieure à la norme de qualité de l’air pour la protection de la santé (Isbergues dans le Pas-de-Calais avec une concentration de 34,77 ng/m3, et Grande-Synthe dans le Nord avec une concentration de 26,79 ng/m3).

    Visualiser Concentrations moyennes annuelles en métaux lourds en 2017

  • Images et Infographies

    La biodiversité en France en 2018

    Infographie illustrant les données clés de la biodiversité en France en 2018.

    Visualiser La biodiversité en France en 2018

  • Images et Infographies

    La biodiversité en France - données clés 2018

    Infographie présentant les données clés de la biodiversité en France en 2018.

    Visualiser La biodiversité en France - données clés 2018

  • Images et Infographies

    100 chiffres expliqués sur les espèces françaises (2019)

    Publié à partir des données de l’Inventaire National du Patrimoine Naturel et des indicateurs de l’Observatoire National de la Biodiversité, ce livret permet en un clin d’œil de retrouver tous les chiffres clés sur les espèces de France. Grâce à de nombreuses contributions de chercheurs, taxonomistes et partenaires du projet, chaque chiffre est remis en contexte, accompagné d’explications, de schémas et illustré par des exemples concrets.

    Visualiser 100 chiffres expliqués sur les espèces françaises (2019)

  • Images et Infographies

    100 chiffres expliqués sur les espèces françaises (2018)

    Publié à partir des données de l’Inventaire national du patrimoine naturel et s’appuyant sur des indicateurs de l’Observatoire national de la biodiversité, ce livret est destiné à tous, grand public comme acteurs de la biodiversité. Il permet de retrouver en un clin d’œil tous les chiffres clés sur les espèces de France.

    Visualiser 100 chiffres expliqués sur les espèces françaises (2018)

  • Les indispensables

    Rapport sur l’état de l’environnement en France - Édition 2019

    Au delà du présent site internet, l’édition 2019 du rapport sur l’environnement est constituée d’un rapport de synthèse, publié le 24 octobre 2019, et de plusieurs focus thématiques dont la vocation est d’aborder des problématiques transversales, plébiscitées par les usagers.

    Visualiser Rapport sur l’état de l’environnement en France - Édition 2019

  • Les indispensables

    Biodiversité tous vivant

    Le portail interministériel biodiversitetousvivants.fr est un site d’information dédié à la biodiversité. Il est porté par le ministère de la Transition écologique avec l’appui de l’Office français de la biodiversité (OFB).

    Visualiser Biodiversité tous vivant

  • Les indispensables

    Système d’informations sur la biodiversité (NatureFrance)

    Site d’information sur les données sur la biodiversité.

    Visualiser Système d’informations sur la biodiversité (NatureFrance)

  • Les indispensables

    Système d’information sur la nature et les paysages (SINP)

    Base de données fournissant une vision globale des données existantes dans le domaine de la nature et des paysages (espèces, habitats, espaces naturels…), de leurs modalités de production et de stockage, de leur accessibilité.

    Visualiser Système d’information sur la nature et les paysages (SINP)

  • Liens utiles

    Inventaire National du Patrimoine Naturel (INPN)

    L’Inventaire national du patrimoine naturel (INPN) est un organisme français dépendant du Muséum national d’histoire naturelle, depuis 2002. Il gère et diffuse en ligne des informations sur le patrimoine naturel terrestre et marin (espèces animales, végétales fongiques et microbiennes actuelles et anciennes, habitats naturels, espaces protégés et géologie) en France métropolitaine et en outre-mer.

    Consulter le site Inventaire National du Patrimoine Naturel (INPN)- Nouvelle fenêtre

  • rapports et études

    Rapport sur l’état de l’environnement en France - Édition 2019

    Au delà du présent site internet, l’édition 2019 du rapport sur l’environnement est constituée d’un rapport de synthèse, publié le 24 octobre 2019, et de plusieurs focus thématiques dont la vocation est d’aborder des problématiques transversales, plébiscitées par les usagers.

    Visualiser Rapport sur l’état de l’environnement en France - Édition 2019

  • Vidéos et podcasts

    La biodiversité, c’est la vie

    La biodiversité, c’est la vie ! Nous en dépendons, nous en bénéficions… Et pourtant, partout dans le monde, elle va mal. Sans elle, notre vie et notre bien-être sont menacés. La France a un patrimoine naturel exceptionnel, en métropole et outre-mer : nous avons le devoir de protéger cette biodiversité et d’agir pour lutter contre son érosion. C’est cette histoire que raconte le film La biodiversité en France.

    Visualiser La biodiversité, c’est la vie

  • Vidéos et podcasts

    Préserver la biodiversité, c’est aussi NOUS préserver

    Préserver la biodiversité, c’est aussi NOUS préserver ! La Biodiversité. On en entend souvent parler mais on ne sait pas toujours ce que c’est concrètement. C’est vrai, après tout, c’est quoi la biodiversité ? Pourquoi est-elle si importante ? Et pourquoi la biodiversité nous concerne TOUS ?

    Visualiser Préserver la biodiversité, c’est aussi NOUS préserver

  • Vidéos et podcasts

    État actuel de la planète et de la biodiversité

    Gilles Boeuf fait état de l’érosion de la biodiversité et présente les quatre grands facteurs qui peuvent être associés à cette dynamique : destruction et pollution, surexploitation des ressources, dissémination d’espèces, changement climatique.

    Visualiser État actuel de la planète et de la biodiversité

  • Vidéos et podcasts

    L’Humain dans la Biodiversité

    Dans cette vidéo (25’28), Gilles Boeuf, professeur à l’université Pierre et Marie Curie, présente les grands enjeux globaux auxquels est aujourd’hui confrontée l’Humanité. Il centre son propos sur la biodiversité, dont l’érosion actuelle soulève de profondes interrogations du point de vue écologique, sanitaire, humain et économique.

    Visualiser L’Humain dans la Biodiversité

  • Vidéos et podcasts

    Impacts du changement climatique sur les écosystèmes et la biodiversité

    Dans cette vidéo, Paul Leadley discute de l’adaptation des écosystèmes et de la biodiversité au changement climatique, en cours et à venir. Il met en évidence la capacité plus ou moins forte de certains groupes d’espèces à s’adapter aux changements affectant leurs conditions de vie.

    Visualiser Impacts du changement climatique sur les écosystèmes et la biodiversité

Cet article vous a-t-il été utile ?

Ouvrir l'horizon