infographie

Actualités - Brèves

Pourquoi la ressource en eau renouvelable a-t-elle diminué depuis 1990 ?

Les épisodes de sécheresse de plus en plus fréquents et intenses nous le rappellent : la ressource en eau renouvelable est essentielle à la vie, aux écosystèmes, à l’homme et à ses activités. Depuis le début des années 2000, cette ressource est en baisse, dans le contexte alarmant du changement climatique.

La ressource en eau renouvelable est fournie par les précipitations qui ne retournent pas à l’atmosphère, complétées par l’apport des cours d’eau. Elle a baissé de 14 % en France métropolitaine, en moyenne annuelle, entre les périodes de 1990-2001 et 2002-2018. Comment expliquer cette évolution ? Quels phénomènes observe-t-on selon les saisons ? Quels en sont les impacts ?

Une infographie tirée d’une publication du Commissariat général au développement durable nous éclaire à partir de quelques messages clés :

  • Moins de la moitié des eaux de pluie devient une ressource renouvelable. Cela est dû au phénomène d’évapotranspiration : l’évaporation et la transpiration des plantes.
  • Depuis 1990, la ressource en eau renouvelable diminue, essentiellement pour deux raisons :
    • L’évapotranspiration augmente à toutes les saisons, en particulier au printemps sur tout le territoire ;
    • Il pleut moins en automne sur près de la moitié du territoire, diminuant le volume d’eau des nappes souterraines. Or, l’eau circule lentement des nappes vers les cours d’eau et contribue à les alimenter en été.
  • Les restrictions concernant l’utilisation de l’eau témoignent déjà de la tension sur cette ressource qui doit être partagée : plus de 30 % du territoire est touché systématiquement de 2017 à 2020 par des restrictions des usages de l’eau, prescrites par arrêté préfectoral.
La ressource en eau renouvelable en France métropolitaine
Télécharger l'image de la figure 3201 (svg, 199.2 ko)
Figure 3201

La ressource en eau renouvelable en France métropolitaine

La ressource en eau renouvelable, c’est la totalité de l’eau douce qui entre sur un territoire par le cycle naturel de l’eau : les cours d’eau et les précipitations qui ne retournent pas à l’atmosphère.

Tous les indicateurs de cette infographie sont exprimés et basés sur les moyennes annuelles sur la période 1990-2018.

Moins de la moitié des eaux de pluie deviennent une ressource en eau renouvelable.
La pluviométrie annuelle est de 930 millimètres. En enlevant l’évapotranspiration, la ressource en eau renouvelable disponible est de 380 millimètres et se compose de 94 % d’eau de pluie et de 6 % provenant des cours d’eau entrant sur le territoire.

Entre les périodes 1990-2001 et 2002-2018, la ressource en eau renouvelable a diminuée de 14 % (la moyenne annuelle passant de 229 milliards à 197 milliards de mètres-cube).

Sur 49 % du territoire, il pleut moins en automne (période de réalimentation des nappes d’eau souterraine).

Entre 1959 et 2018, l’évapotranspiration a augmenté à toutes les saisons sur :

  • 56 % du territoire en automne ;
  • 76 % du territoire en hiver ;
  • 100 % du territoire au printemps ;
  • 29 % du territoire en été.

Plus de 30 % du territoire est touché chaque année par des restrictions d’usages de l’eau entre 2017 et 2020.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Ouvrir l'horizon