Sommaire

En France, les véhicules particuliers sont à l’origine de plus de la moitié des émissions de gaz à effet de serre du secteur des transports. Ils contribuent à 26 % des émissions nationales d’oxyde d’azote (NOx) et à 22 % des émissions nationales de CO2 en 2019. Ils sont à l’origine de 7 à 10 % des émissions nationales de particules (PM1, PM2,5, PM10) et de 3 % des émissions nationales de composés organiques volatils non méthaniques (COVNM).

En bref

Circulation et distance parcourue par les voitures particulières

Le parc roulant de voitures particulières est en constante augmentation depuis les années 1990. Il comprend 37,3 millions de véhicules immatriculés en France en 2020, contre 23,3 en 1990. Cela revient en moyenne à 1,25 voitures/ménage en 2020 contre 1,08 en 1990. La circulation des voitures particulières, également en hausse sur la période observée (+ 45 % entre 1990 et 2019) atteint 447,7 milliards de véhicules-kilomètres en 2019. Elle a brutalement chuté de 18 % l’année suivante avec 368,7 milliards de véhicules-kilomètres en 2020 du fait des épisodes de confinement liés à la crise sanitaire.

Le parcours annuel moyen des voitures particulières a quant à lui baissé d’environ 11 % depuis 1990, approchant les 11 920 km par an et par véhicule en 2019.

Augmentation constante du parc de voitures particulières depuis 1990. Hausse également de la circulation des voitures particulières, avec toutefois une baisse en 2020 (année marquée par les confinements). Baisse du parcours annuel moyen des véhicules depuis les années 1990. Note  : * Rupture de série en 2012 due à un rebasage du bilan de la circulation Source : ISDES-Bilan de la circulation d’après SDES, CCFA, Setra, Asfa, Kantar-Worldpanel, TNS-Sofres, CPDP ; Citepa, rapport Secten Traitement : SDES, 2021
Les données Télécharger les données de la figure 3330 (Scalable Vector Graphics, 205.5 ko) Télécharger l'image de la figure 3330 (svg, 205.5 ko)
Figure 3330
Évolution du parc, de la circulation et du parcours annuel moyen des voitures particulières Augmentation constante du parc de voitures particulières depuis 1990. Hausse également de la circulation des voitures particulières, avec toutefois une baisse en 2020 (année marquée par les confinements). Baisse du parcours annuel moyen des véhicules depuis les années 1990.

Émissions de gaz à effet de serre par les voitures particulières

En 2019, les véhicules particuliers émettent 71,6 millions de tonnes équivalent CO2, dont 70 % sont émis par les véhicules diesel, ces derniers composant 60 % du parc roulant en 2019.

L’évolution des émissions de gaz à effet de serre des véhicules particuliers suit celle de la circulation des véhicules particuliers. Cependant, depuis les années 2000, elle reste relativement stable comparé à l’augmentation plus rapide de la circulation des voitures, sous l’effet des progrès techniques dans le domaine automobile, de la réglementation les véhicules roulants (normes européennes d’émissions), ainsi que des incitations pour l’acquisition de véhicules électriques et hybrides.

Les restrictions de déplacement en 2020 liées aux mesures sanitaires dues à la Covid ont conduit à une forte réduction des kilomètres parcourus et donc des émissions (- 15 % entre 2019 et 2020 pour atteindre 60,6 Mt équivalent CO2).

Entre 1990 et 2000, les émissions de gaz à effet de serre des voitures particulières ont suivi l'augmentation de la circulation des véhicules. Depuis 2000, ces émissions ont tendance à se stabiliser. Source : SDES-Bilan de la circulation d’après SDES, CCFA, Setra, Asfa, Kantar-Worldpanel, TNS-Sofres, CPDP ; Citepa, rapport Secten. Traitement : SDES, 2021
Les données Télécharger les données de la figure 3332 (Comma Separated Values, 907 octets) Télécharger l'image de la figure 3332 (svg, 167.9 ko)
Figure 3332
Évolution des émissions de gaz à effet de serre des voitures particulières Entre 1990 et 2000, les émissions de gaz à effet de serre des voitures particulières ont suivi l’augmentation de la circulation des véhicules. Depuis 2000, ces émissions ont tendance à se stabiliser.

Émissions de polluants par les véhicules particuliers

Les véhicules particuliers contribuent principalement aux émissions d’oxyde d’azote (NOx) et de CO2 (respectivement 26 % et 22 % des émissions nationales en 2019). Ils sont à l’origine de 7 à 10 % des émissions nationales de particules (PM1, PM2,5, PM10) et de 3 % des émissions nationales de composés organiques volatil non méthanique (COVNM).

Entre 1990 et 2019, les émissions des voitures particulières sont en diminution pour l’ensemble des polluants étudiés, à l’exception du CO2, toujours en hausse (+ 2 % sur la période observée).

La baisse de circulation des véhicules durant la crise sanitaire en 2020 a généré une baisse notable des émissions entre 2019 et 2020 pour l’ensemble des polluants étudiés (- 16 % en moyenne).

Champ  : France métropolitaine (sauf pour le CO2 : Métropole + Outre-Mer UE) Source : Citepa, inventaire format Secten (Edition Juillet 2021) Traitement : SDES, 2021
Les données Télécharger les données de la figure 3334 (Comma Separated Values, 406 octets) Télécharger l'image de la figure 3334 (svg, 327.7 ko)
Figure 3334
Évolution des émissions de polluants des véhicules particuliers Les véhicules particuliers contribuent principalement aux émissions d’oxyde d’azote (NOx) et de CO2 (respectivement 26 % et 22 % des émissions nationales en 2019). Ils sont à l’origine de 7 à 10 % des émissions nationales de particules (PM1, PM2,5, PM10) et de 3 % des émissions nationales de composés organiques volatil non méthanique (COVNM). Entre 1990 et 2019, les émissions des voitures particulières sont en diminution pour l’ensemble des polluants, à l’exception du CO2, toujours en hausse (+ 2 % sur la période observée). En 2020, on note une baisse des émissions de polluants (année de diminution de la circulation).

Ressources

Ouvrir l'horizon