Vidéo

Actualités - Brèves

Comment les États peuvent-ils agir pour limiter le changement climatique ?

La planète se réchauffe vite, déjà + 1,1 °C par rapport à l’ère préindustrielle. Si on ne fait rien, on risque de dépasser + 4 °C d’ici 2100. La COP26 avait précisément pour objectif d’amener les États à accentuer leurs engagements et à mettre en place des politiques publiques plus ambitieuses pour limiter au maximum le changement climatique. La tarification carbone incite par exemple les acteurs économiques à limiter leurs émissions de gaz à effet de serre. Des politiques ciblées permettent également d’augmenter les investissements favorables au climat dans le bâtiment, les transports, l’énergie bas-carbone… Pour en savoir plus, découvrez cette vidéo !

Chiffres clés de climat : France, Europe et Monde, édition 2022

La planète se réchauffe vite, trop vite !

La température a déjà augmenté de 1.1° C depuis 1850. Et si on ne fait rien, on risque de dépasser + 4° C d’ici 2100.
Les États ont donc un rôle central à jouer.
En 2015 lors de la COP 21, ils se sont fixé l’objectif de limiter le réchauffement nettement en dessous de + 2° C.

Pour y arriver, chaque pays a pris une série d’engagements : ce sont les CDNs « Contributions Déterminées au niveau National ».
Seulement voilà, les engagements actuels ne sont pas suffisants…
Ils permettent au mieux de limiter le réchauffement à + 3° C.
L’un des principaux enjeux de la COP 26 est donc de réviser ces CDNs avec des politiques publiques plus ambitieuses à la clé.
D’ailleurs…quelles ont été les politiques mises en place jusqu’à maintenant ?

L’Union européenne et certains États ont donné un prix au CO2 avec la tarification carbone. C’est le principe « pollueur-payeur ».

  • Cela incite financièrement les acteurs économiques :
  • A investir dans les énergies propres
  • Dans les technologies bas-carbone
  • Et à délaisser celles qui émettent les GES (gaz à effet de serre).

En faisant payer le CO2, les États génèrent des revenus qui peuvent être réinvestis pour accélérer la transition énergétique de certains secteurs.
Au-delà de la tarification carbone, les États peuvent aussi décider de mettre en place des politiques ciblées. C’est le cas de la France par exemple, qui met en place des aides pour la rénovation énergétique des logements.
Au total, près de 50 milliards d’euros ont été investis en France en 2019.

Schéma : Investissement climat* en France en 2019 par secteur d’activité en milliards d’euros

  • Bâtiments : 23 Md €
  • Transports : 16 Md €
  • Production d’énergie : 9 Md €
  • Industrie : 1 Md €
  • Agriculture : 1 Md €

*par les pouvoirs publics, les ménages et les entreprises

Ouvrir l'horizon